Synthèses personelles

 

Synthèse Personnelle d'Adrien Bohuon

 

Pour réaliser ce TPE sur le commerce équitable, j’ai travaillé avec  Théo Vervelle, Thomas et Jonathan. Le commerce équitable est un sujet qui m’a permis d’approfondir et de compléter mes connaissances en Histoire-Géographie et en Science Economique et Sociale mais cela m’a aussi permis de développer d’autres compétences.

En fait le commerce équitable n’était pas le sujet initial que nous avions choisi. Nous nous étions d’abord mis d’accord sur le thème « Pouvoirs et Société » avec pour sujet la « Mafia Russe ». La mafia Russe est souvent évoquée dans les journaux ou à la télévision dans des histoires de meurtres, de blanchiment d’argent ou de corruption et nous voulions en savoir plus sur le sujet. Nous avions commencé à faire des recherches sur ce sujet mais nous avions rencontré beaucoup de problèmes : insuffisance d’informations et de données, complexité du sujet. Après nous être entretenus avec nos professeurs, nous avons décidé d’abandonner ce premier sujet.

Grâce à l’aide de nos professeurs, nous nous sommes tournés vers le thème de la consommation qui est un thème d’actualité dans le contexte économique actuel avec comme sujet « le commerce équitable ». Durant plusieurs semaines, nous avons fait des recherches sur le sujet: définition du commerce équitable, ses débuts, répartition des pays producteurs, principaux produits… Les recherches se sont d’abord effectuées dans des livres, des magazines puis nous nous sommes tournés vers des sites internet. Nous avons mis en commun toutes nos recherches et fait une sélection pour ne garder que l’essentiel. Nous avons ensuite discuté avec nos professeurs et nous avons abouti à la problématique suivante : « Le commerce équitable est-il une idée novatrice ou une pure illusion ? ».

Nous avons ensuite construit notre plan  mais uniquement sur 3 parties. En effet, Jonathan a été très souvent absent et semblait très peu motivé. J’ai décidé de m’occuper de la première partie qui traitait du commerce équitable en général : historique, objectifs et états des lieux. Thomas souhaitait s’occuper de l’étude du café et Théo de la dernière partie : le commerce équitable est-il une pure illusion.

Dans un second temps, j’ai trouvé qu’il serait intéressant pour compléter notre travail d’avoir l’opinion d’une personne qui travaille directement dans ce domaine. J’ai demandé à notre professeur de Sciences Politiques s’il pouvait nous recommander quelqu’un et il nous a donné les coordonnés d’une gérante de magasin à Saint-Claude dans le Jura. Théo, Thomas et moi-même (Jonathan ne pouvait pas se libérer ce jour-là) sommes donc allés l’interviewer un samedi matin.

Aucun d’entre nous n’avait d’expérience dans la préparation et la réalisation d’une interview, j’ai donc fait des recherches dans ce domaine sur internet et j’ai demandé à une personne de ma famille de relire mes questions. J’ai en effet appris que la préparation des questions est une étape essentielle car c’est cela qui permet d’avoir des réponses les plus précises possibles. Nous avons aussi choisi de filmer et d’enregistrer l’interview afin de répéter le plus fidèlement possible les propos de la personne interviewée.

L’interview nous a permis d’avoir une idée réelle du fonctionnement d’un magasin de commerce équitable mais il nous a semblé intéressant aussi d’avoir des informations plus précises du marché du commerce équitable dans la région Rhône-Alpes. Le chargé de mission du commerce équitable de la région a accepté de répondre à des questions et nous a aussi autorisés à publier ses réponses.

Disposant de la vidéo de l’interview de la gérante de magasin, la création d’un site internet nous a semblé la manière la plus adaptée de présenter notre travail.  Cette forme de communication présentait aussi d’autres avantages tels que la possibilité de faire un sondage et permettre à un plus grand nombre de personnes de lire notre travail.

La réalisation de ce TPE sur le commerce équitable m’a permis de mieux comprendre un sujet qui était pour moi très vague. J’avais effectivement remarqué les produits dans les grandes surfaces mais n’avait pas tout à fait compris les différences qui existaient entre ceux-ci et les produits traditionnels. J’ai maintenant une meilleure connaissance géographique des pays producteurs de commerce équitable, les différents produits et leurs origines, comme par exemple les pays producteurs de café. J’ai aussi développé mes connaissances commerciales : comprendre les objectifs d’une forme de commerce particulier et faire une évaluation de celui-ci  ainsi que préparer des questions pour connaitre l’état du marché en Rhône-Alpes

Le TPE m’a aussi permis de voir qu’il était parfois difficile de travailler en groupe, comment faire pour garder la motivation et la cohésion du groupe de travail. Au début, les progrès ont été un peu lents car tous les membres du groupe ne se rendaient pas compte de l’importance de se mettre à travailler rapidement. Je pense que c’est l’interview de la gérante du magasin qui a vraiment donné le signal de départ.

En matière de méthodologie, le TPE m’a permis de bien comprendre les étapes essentielles pour faire ce genre de travail, l’importance de la recherche d’information, l’analyse et la sélection de ces informations. En effet, on disposait au départ de trop d’information et faire la bonne sélection n’était toujours très facile. La répartition des 3 parties était aussi importante car il fallait éviter les répétitions.

J’ai aussi développé des compétences qui me serviront dans le futur: préparation d’une interview, rédaction d’un email à une personne importante. J’ai aussi créé pour la première fois un site internet, et je suis assez fier d’avoir fait cela.

Pour conclure le travail dans le cadre du TPE  m’a fait découvrir le commerce équitable, une approche différente et peut-être plus juste du commerce. Mais cela m’a aussi permis de développer mes connaissances en Histoire-Géographie et en Science Economique et Sociale et des compétences en communication et en informatique.

 

Synthèse Personnelle de Thomas Boffjejon

 

Mes partenaires  pour le TPE sont Théo Vervelle, Adrien Bohuon et Jonathan Fahrner (souvent absent plus de 6 fois au total). Nous avons choisi le sujet du commerce équitable dans le thème de la consommation. Notre problématique est ‘‘Le commerce équitable : idée novatrice ou une pure illusion ?’’.

 

Nous avons pris ce sujet parce que nous n’avions pas vraiment d’idées au départ. Mme Hamdaoui et M. Verpillat nous ont guidé et il faut le reconnaître, aider à trouver un sujet, une base de départ. Au début, nous étions partis sur la mafia russe, mais par manque d’informations nous avons vite abandonné et demandé de l’aide à nos professeurs pour trouver un sujet à la fois pas trop compliqué, qui nous intéressait mais qui demandait quand même du travail et des recherches. La bi-disciplinarité se fait ici à travers les études économiques, la production, la vente et la rentabilité pour la S.E.S et à travers les flux, les PIB et également les faits historiques pour l’histoire-géographie.

 

Nous avons choisi cette problématique : ‘‘Le commerce équitable : idée novatrice ou pure illusion’’ pour démontrer si le commerce équitable est réellement équitable. Si le fait de payer les produits plus chères est un moyen d’aider les petits producteurs en partenariat avec des labels équitable comme Artisans du monde ou encore Max Havelaar et bien d’autres malheureusement moins connus, ou alors si le commerce équitable est seulement un moyen que les grandes enseignes ont trouvé, pour s’enrichir du fait des prix plus élevés et de l’enrôlement des clients avec les histoires des petits producteurs qui gagnent de l’argent et arrivent ainsi à vivre grâce au commerce équitable.

 

La production de notre TPE n’a en fait été réalisée qu’à trois (Adrien, Théo et moi-même) dû aux nombreuses absences répétées de Jonathan. Je suis contents de notre travail, après un début chaotique, nous nous sommes enfin mis au travail et avons pris conscience de l’enjeu des TPE sur notre Bac. Heureusement d’ailleurs car l’échéance est arrivée à grand pas, c’est pourquoi nous avons dû nous voir plusieurs fois en dehors du lycée et doubler la charge de travail pour finir dans les temps avec un travail honorable. Le TPE m’a aidé à travailler en groupe, à gérer mon temps pour rendre un dossier à l’heure et à travailler longuement sur un projet pendant plusieurs mois en cherchant de nombreuses informations et en lisant pleins de documents.

 

Au niveau du travail personnel dans le groupe, j’ai réalisé le II (le café : un produit phare du commerce équitable) ainsi que l’introduction et la conclusion en collaboration avec Adrien et Théo. Nous avons en faite réalisé chacun une grande partie et avons fait en commun l’introduction et la conclusion. J’ai eu quelques difficultés pour trouver des informations et surtout pour les synthétiser, ne pas en mettre en trop mais  en même temps ne pas bâcler le travail en mettant juste ce qu’il faut.

 

Maintenant ma synthèse personnelle établie et le TPE achevé, je peux tirer une conclusion. Après de nombreuses recherches et lectures de documents, je peux affirmer que le commerce équitable est une idée novatrice et non pas une pure illusion. Pour renforcer mon argument, nous sommes allés voir Christine Soyard, gérante du magasin Artisans du monde à Saint-Claude et membre de cette association, avec laquelle nous avons pu discuter un bon moment sur ce sujet. Elle nous a expliqué vraiment beaucoup de choses, et grâce à cette discussion j’ai vraiment pris conscience que le commerce équitable est juste, à l’aide des systèmes de confiance établies entre les différents niveaux de la production et que le fait de payer plus cher les produits aide réellement les petits producteurs à survivre et à cultiver leurs terres. Dommage que Jonathan ne soit pas venu avec nous, il aurait beaucoup appris ce jour-là comme nous l’avons fait. Je tenais à remercier M. Simon ainsi que M. Verpillat pour nous avoir donné ces adresses afin de solidifier notre TPE.

Synthèse Personnelle de Théo Vervelle

 

 

Les Travaux Pratiques Encadrés sont une épreuve anticipée du Baccalauréat qui requiert une réflexion et un travail personnel approfondi sur un sujet précis.Etant absent le premier jour des TPE, je n’ai pas pu choisir les membres du groupe. Le groupe est composé d’Adrien Bohuon, de Thomas Boffejon et de Jonathan Fahrner. Nous avons opté pour le thème de la consommation et plus précisément le commerce équitable. Nous avons mis beaucoup de temps a trouvé notre problématique car le sujet choisi était très vague à l’ensemble du groupe. Nous avons donc commencé à chercher des informations, à emprunter des livres, et, en analysant les informations trouvées nous voulions en savoir plus sur le concept de « commerce équitable ». Finalement, nous nous sommes posé la problématique suivante : Le commerce équitable est-il une idée novatrice ou juste une pure illusion ?

 

Les premières séances de TPE étaient confuses car le groupe débattait sur le sujet et sa problématique. Mais après de longues heures de réflexion, nous avions trouvé notre sujet de TPE, la Mafia Russe, ainsi que la problématique : Quelle influence La Mafia Russe a-t-elle sur la société ? Cependant, nous avons du abandonner ce sujet faute d’informations. Ne trouvant pas d’inspiration pour un nouveau sujet, les professeurs (Mme Hamdaoui, professeure d’économie, et Mr Verpillat professeur d’Histoire-Géographie) nous ont guidés vers un nouveau thème (la consommation) pour en venir au sujet du commerce équitable. Le commerce équitable était complètement inconnu au groupe. Nous avons alors commencé à chercher des documents, à lire des revues et à lire des livres empruntés au CDI sur le commerce équitable. Ensuite, nous nous somme lancés et investit dans notre nouveau sujet en réfléchissant déjà à l’organisation des idées. Mais, nous avons pris beaucoup de retard du a une inefficacité dans la recherche d’informations, l’organisation des tâches et aux multiples absences d’un élève en particulier (Jonathan Fahrner). Au fil des semaines les recherches se sont multipliées et nous en avons dégagé un plan. Nous avons continué nos travaux chacun de son coté et avons ensuite mis en commun malgré l’absence de la même personne.  

 

Personnellement, je n’ai pas rencontré trop de difficultés pour trouver des informations fiables car j’ai pris le plus de sources possible et en a fait une synthèse pour organiser les idées de la partie. Je me suis principalement aidé d’Internet pour ma partie car certains documents du CDI ne traitaient pas les limites du commerce équitable J’ai eu du mal avec la rédaction et la syntaxe de ma partie mais en mettant en commun, nous avons tous corrigé les fautes des autres.

Avec toutes les informations en main, nous nous sommes répartis le travail de la manière suivante :

-          Adrien : introduction et conclusion, première partie.  

-          Thomas :introduction et conclusion, deuxième partie.

-          Théo :introduction et conclusion, dernière partie.

 

Jonathan n’étant pas présent pour plusieurs séances consécutives et notamment celle de la répartition du travail, il n’a pas eu de partie mais il s’est plus intéressé vers la fin.

Ensuite, chacun a travaillé de son coté et ramenait lors des séances de TPE le travail qu’il avait fournis. La bi-disciplinarité des matières (Sciences Economiques et Sociales et Histoire-Géographie) nous a beaucoup servi : l’Histoire pour les faits historique du commerce équitable, la Géographie pour toutes les cartes et localisation mondiales et l’économie pour les chiffres d’affaires, les échanges entre les pays du Nord et du Sud,…

 Ensuite, nous avons tout mis en commun et nous sommes mis d’accord sur la forme que le TPE prendrait et nous avons choisi le site internet à cause des plusieurs supports multimédias.

Un professeur d’économie du lycée, Mr Simon, nous avais fait parvenir une liste de contacts de la région alors nous sommes allés interviewer la gérante du magasin Artisans Du Monde à St Claude en Franche-Comté. Cette interview nous a vraiment sensibilisée par rapport au commerce équitable.). Je me suis principalement aidé d’Internet pour faire ma partie car les documents du CDI ne correspondaient pas.

 

Pour conclure, j’ai appris beaucoup de choses à travers ce projet car nous l’avons réalisé nous-mêmes. Il m’a vraiment informé sur ce qui se passe actuellement dans le monde et ce que le commerce équitable apporte à ces petits producteurs. Je regarde les produits labellisés commerce équitable d’une différente manière, une manière que je n’aurais jamais pu avoir sans avoir fait ce TPE. En voyant les produits magnifiques de ces pauvres producteurs qui ne pratiquement pas payé et qui ne peuvent pas vivre de leur travail, je suis motivé et prêt a payer plus en sachant que ces petits producteurs seront mieux payés et aussi payés dans des délais respectables. Pour ma part, j’ai deux points de vue sur le commerce équitable. D’une part, la vision d’un commerce novateur et juste et de l’autre un commerce complètement corrompu, où les marques de la grande distribution utilisent ces labels « équitables » uniquement à but lucratif. Nous pouvons rendre ce monde équitable pour tous.Néanmoins, si l’occasion se représentait, je ne choisirai pas le même groupe et je m’organiserai beaucoup mieux.

 

Synthèse Personnelle de Jonathan Fahrner

Je m'appelle Jonathan Fahrner, les noms de mes partenaires sont Adrien Bohuon, Theo Vervelle et Thomas Boffejon. Nous avons choisi de traiter le sujet du Commerce Équitable pour notre TPE, de son impact mondial sur les produits comme le café et d'autres produits qui sont influencés par les labels comme Max Havelaar. Le commerce équitable touche essentiellement la consommation, donc l'économie et les regroupements géographique mondiaux pour que le commerce soit bien équitable et où c'est produit dit équitables sont ils consommés et fabriqué. Nous avons choisi la problématique suivante : « Le commerce équitable est-il une idée novatrice ou juste une pure illusion ». Mon groupe et moi même avons rencontrés quelques difficultés de part notre sujet, au début nous avions choisi le thème de la mafia russe et son influence de nos jours, mais nous avons rencontrés quelques difficultés de part les informations. Nous ne savions pas si ces recherches étaient exploitables et il y avait un manque d'informations pour construire une problématique et un plan détaillé.

Le commerce équitable est à la base un partenariat commercial fondé sur le dialogue, le respect et sa fluidité. Son objectif et de pouvoir arrivé a une équité de chaque produit dans le commerce mondial, que le commerce soit donc équitable. Il régule aussi les conditions de travail comme assurer un environnement de travail sain, stable et s'assure que le travail s'effectue dans des conditions dites humaines. Il n'est pas juste un partenariat commercial mais il contribue au développement durable en garantissant aux producteurs et aux travailleurs les droits marginalisés. Tout particulièrement au Sud (pays sous-développés, mais le « sud » ne représente pas le sud géographique mais plutôt les pays en difficultés tels que l'Afrique et le Mexique) où sont localisés plus particulièrement les travailleurs qui s'occupe de récoltés les graines de café, le coton,... . Les organisations du commerce équitable comme le FAT (Association Internationale du Commerce Équitable), qui vise a améliorer la vie et le bien être des producteurs  défavorisés en mettant en place une meilleure justice dans les relations commerciales.

Nous avons choisi la problématique suivant : « Le commerce équitable est-il une idée novatrice ou juste une pure illusion », pour voir si ce commerce équitable qui vise a rendre de meilleurs conditions de travail et une meilleur justice pour les producteurs, respecter l'environnement le fait vraiment et si ce commerce équitable l'ai vraiment.

Dans mon groupe, j'ai cherché les chiffres du commerce équitable et surtout la part d'investissement français dans le commerce équitable qui s'élève en 2007 a 210 millions d'euros et qui en 2001 ne représentait que 18millions d'euros, nous pouvons donc en déduire que l'investissement de la France pour le commerce équitable c'est excessivement développés et a beaucoup augmentés, en l'espace de 6ans son investissement a était multiplié par 12.De part mes recherche j'ai aussi trouvé que les deux premiers investisseurs mondiaux dans le commerce équitable étaient,

les États-Unis avec 730,8 millions d'euros et le Royaume-Uni avec 704,3 millions d'euros. Lors d'une excursion de mon groupe dont je n'ai pas put participer a cause du manque de place pour le transport qui se situait a St-Claude, mon groupe a fait une interview d'une gérante d'un magasin du commerce équitable.

J'en ai donc déduit que le commerce équitable n'était pas équitable partout et que les prix avait des défaillances et ne se suivaient pas chacun dans différent types de magasins. Le commerce équitable agit bien mondialement sur les conditions de travail et le respect de l'environnement. Nous pouvons donc considérer le commerce équitable comme une idée novatrice. J'ai constatée que la part des investissements des pays dans le commerce équitable était énorme et s'élève entre 1 et 2 milliards environ en 2010.

 


 

 

 






 


 








 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site