II-Le café: un produit phare du commerce équitable

  

 1-L’histoire du café

 

L'histoire du café est pleine de légendes plus fantastiques les une que les autre venant du monde entier. La plus connue d'entre elles vient du Yémen et raconte comment le café aurait été découvert.

Un jour que des chèvres broutaient sur les terres d'un monastère, quelques-unes s'égarèrent. Quand les bergers les retrouvèrent enfin, elles mangeaient les baies rouges d'un petit arbuste et se trouvaient dans un état d'excitation inhabituel. Alors, les moines préparèrent pour eux même une infusion à base de ces petits fruits rouges. Ils constatèrent qu'ils se trouvaient dans le même état que les chèvres. Ils prirent alors l'habitude de boire cette boisson étrange qui leur permettait de prier plus longtemps, sans ressentir les effets de la fatigue. Un jour, une branche couverte de ces graines tomba dans le feu. Un moine constata l'agréable odeur qui s'en échappait. Après avoir retiré les graines du feu, il les écrasa et se prépara une infusion : le premier vrai café.

 

Mais réellement, on ne sait pas très bien d'où vient le café tant ses origines sont lointaines. On peut cependant émettre l'hypothèse que le café a été découvert en Éthiopie, sur le continent africain puisqu’il y poussait à l’état naturel, entre 2000 ans avant Jésus-Christ et 850 ans après Jésus-Christ. Il a quand même fallu attendre le passage du café au Yémen, vers le 14e ou le 15e siècle pour que commence la culture du caféier. Les voyageurs européens découvrirent cette boisson que l'on nomme chaubé ou chaova et qui « donne du courage et de la vigueur d'esprit ».

 

Dès 1570, il était possible de trouver du café à Venise, car on s'en servait comme médicament. Alors qu'à Rome le café était, à cette époque considéré comme satanique et on interdisait aux chrétiens d'en boire. De même qu'en Arabie Saoudite au XVIème siècle, l'émira Khair Bey interdisait le café qui était considéré comme euphorisant. Tout comme en Angleterre au XVIIème siècle, le café était mal vu par les femmes, qui affirmaient que leur hommes les abandonnaient pour aller boire du café, ce qui entraîna une pétition qui interdisa  les cafés pendant un long moment. Au XIXème siècle en Colombie le café était encore perçut comme une punition. Les infidèles qui s’étaient confessés  avaient pour punition de planter des caféiers au lieu de réciter des prières.

 

 Les premières fèves de café sont introduites à Marseille vers 1644. Mais ce sont les grands transporteurs maritimes européens, comme la Compagnie Hollandaise des Indes orientales, qui lancèrent le commerce du café en Europe. En 1658, les Hollandais commencèrent à cultiver le café. Le Yémen avait alors déjà perdu le monopole de la production. Puis, le café se répandit aux quatre coins du monde. Les Français en implantèrent en Guyane et dans les Antilles en 1723. Puis  les Brésiliens, en 1727. Les Anglais en implantèrent à leur tour en Jamaïque, puis ce fut le tour du reste du monde entier.

 

En quelques siècles, le café a conquis toutes les civilisations en laissant sur son passage plusieurs dizaines de légendes et de contes.  Les scientifiques d'aujourd’hui s'interrogent encore sur ce breuvage noir et mystérieux qui est devenu la seconde boisson la plus bue après l'eau. C'est pour que les petits producteurs de café des pays en voie de développement puissent vivre de leurs récoltes que le café équitable est né. 

 

2-Le café équitable

Le commerce équitable s’est développé en grande partie avec la commercialisation du café équitable.

Comme le café fait partit intégrante de la consommation quotidienne des européens il fût facile au commerce équitable de le faire connaître et par le même biais, faire connaître le commerce équitable. Tous ces éléments ont ainsi fait du café « l’emblème » du commerce équitable.

Sous le système de commerce équitable, les petits fermiers forment des coopératives gérées démocratiquement afin de créer de meilleures conditions de travail, et une meilleure éducation et santé pour la communauté et leurs enfants.

Les torréfacteurs qui achètent du café équitable n’exploitent pas les producteurs. Le système équitable est fait en sorte d’égaliser le pouvoir de négociation entre les parties, pour créer une relation gagnant-gagnant.

Les coopératives ont accès à un paiement à l’avance ou à un prêt à un taux d’intérêt accessible de la part des acheteurs du Nord, avec qui ils négocient des ententes à long terme.

Les paysans qui récoltent le café accomplissent quotidiennement un travail extrêmement exigeant tout en constituant l'un des groupes les plus défavorisés au monde. Ils sont la base de la longue chaîne commerciale du café (2ème  marché mondial après le pétrole). Le commerce équitable est une façon pour les coopératives de faire face à un marché international difficile. Les organismes de commerce équitable achètent directement aux coopératives des petits producteurs et développent avec elles des relations à long terme. Le prix du café équitable s'apparente au prix d'un café normal.Le cheminement conventionnel du café comporte en moyenne neuf étapes alors que de nombreux couts peuvent être évités en choissisant le cheminement du commerce équitable en ayant en moyenne seulement cinq étapes.Ceux-ci permet de limiter les spéculations et mieux rémunérer les producteurs.

 source:Maw Havelaar France

 

Ce graphique nous montre le prix du café au cours mondial et le prix du café avec le label Max Havelaar.Le commerce équitable propose donc aux producteurs des prix stables et équitables,ce qui est possible par la réduction des marges prises par les entreprises intermédiaires reliant le producteur aux consommateurs. 

 

3-Les chiffres du café équitable

Le café est la première denrée agricole échangée dans le monde et c’est la deuxième matière première commercialisée dans le monde après le pétrole mais avant le blé. Il représente 4% du commerce mondial des produits alimentaires.

La France est le quatrième importateur mondial de café. Elle a acheté 366 000 tonnes de café en 2004 (contre 300 000 en 2000) pour une valeur de 615 millions d’euros. Les Français ont consommé en moyenne 3,4 kg de café par personne en 2004 (contre 5.6Kg en 2000)

 

Source: FAO

Ce graphique nous montre les principaux pays producteurs de café.

Dans les pays producteurs, 25 millions de personnes travaillent à l'industrie du café et 100 millions en vivent. C’est pour cela qu'il est important que le commerce soit équitable. 

La culture du café occupe une surface d'environ 10 millions d'hectares, dont :
-42 % en Amérique du Sud (Brésil, Colombie, Venezuela, Équateur)
-14 % en Amérique centrale (Mexique, Guatemala, République dominicaine)
-34 % en Afrique (Côte-d'Ivoire, Éthiopie, Angola, Congo (ex-Zaïre) et en Indonésie)
-Le reste se répartissant entre les Philippines, Madagascar, l'Inde, Cuba et Haïti.

 

 

 

Source:http://www5.fsa.ulaval.ca/

 

Ce graphique nous montre la décomposition de deux paquets de cafés:un faisant partie du système traditionnel l'autre faisant partie du système Max Havelaar.Nous remarquons que le premier paquet est moins cher mais que les producteurs sont moins bien rémunérés à l'inverse du deuxième qui est plus cher mais où les producteurs sont largement mieux rémunérés.  

 

 

 

 

 

Créer un site gratuit avec e-monsite - Signaler un contenu illicite sur ce site